chomage_zoom.jpgLes chiffres de l'emploi aux Etats-Unis ont constitué une mauvaise nouvelle aujourd'hui pour le dollar qui a accusé, à cause de ceux-ci, une baisse sur le marché des changes. En effet, alors que les analystes tablaient sur 580 000 suppressions d'emplois nettes, le département du Travail a annoncé aujourd'hui 598 000 suppressions d'emplois en janvier, soit le mois le plus destructeur en emploi depuis décembre 1974. Cette mauvaise nouvelle, qui fait craindre une récession beaucoup plus longue que prévue à certains économistes, a évidemment pesé assez lourdement aujourd'hui sur le cours du dollar sur le marché des devises. Le taux de chômage devrait de toute évidence continue à grimper aux Etats-Unis dans les prochains mois, pouvant atteindre même 10% selon certains experts. Les analystes s'attendent cependant à ce que le plan de relance de l'administration Obama soit voté dans les prochains jours ce qui pourrait permettre une remontée du dollar.


Entre temps, cette mauvaise nouvelle pour le dollar a, au moins, redonné un peu de couleur à l'euro, qui n'a pas profité hier du statu quo de la Banque Centrale Européenne, et au franc suisse. D'après les propos de Jean Claude Trichet hier, une baisse des taux de la BCE est tout à fait prévisible à l'issue de la réunion du Conseil des gouverneurs de mars. Cette baisse pourrait être d'un demi point de pourcentage. Cependant, les investisseurs ont surtout noté la disposition de Francfort à avoir recours à des mesures non conventionnelles pour faire redémarrer la croissance, ce qui a été plutôt bien accueilli par les cambistes.