acteur forexOn trouve sur le marché des devises internationales différents types d’acteur. Il y a les banques commerciales, les banques centrales, les investisseurs institutionnels, les entreprises multinationales et les particuliers. Voyons tout cela plus en détail.

Les banques commerciales sont les premiers acteurs du forex avec environ 43% des transactions totales. L’impact qu’elles ont sur le marché des changes est donc conséquent. Les plus actives sont la Deutsche Bank, l’UBS ou la Barclay’s. Généralement ces banques commerciales négocient pour le compte de leurs clients qui peuvent être des établissements financiers, d’autres banques ou des particuliers comme vous et moi. Elles traitent évidemment aussi pour leur compte propre.

En deuxième position, viennent les investisseurs institutionnels. Ils représentent environ 30% des transactions du marché. Ces investisseurs institutionnels prennent la forme de fonds de pensions (hedge funds) ou de compagnie d’assurance. Avec leurs importantes ressources, ils exercent un impact important. On estime même qu’ils seront, à terme, les acteurs numéro 1 du forex. Les fonds d’investissement utilisent le marché des changes à des fins spéculatives mais également pour couvrir des investissements réalisés sur d’autres classes d’actif.

En troisième position en termes d’importance avec 17% des transactions, on trouve les entreprises multinationales. La plupart des grandes entreprises interviennent effectivement sur le forex. Elles utilisent ce dernier pour se prémunir du risque de change dans la mesure où elles commercent dans des devises étrangères. Généralement, elles évoluent sur le marché à terme, moins sur celui au comptant (spéculation).

Les banques centrales
comme la BCE, la Fed ou encore la banque centrale du Japon sont les quatrièmes en termes de transactions réalisées sur le marché des changes. Elles représentent environ 8%. Les banques centrales sont en charge de la politique monétaire de leurs pays il est donc logique qu’elles influencent considérablement l’évolution des différents taux de change.

Les particuliers avec 2% des transactions réalisées sur le marché des changes ferment la marche. S’ils sont minoritaires aujourd’hui, cela pourrait changer dans les années à venir. De plus en plus de particuliers se lancent, en effet, dans le trading de devises. Les particuliers ne traitent pas en direct sur les marchés, ils passent par un intermédiaire, le broker.