referendum ecosse_forexCette semaine, la livre sterling doit être impactée par deux évènements importants, le vote du parlement écossais quant à un éventuel futur référendum sur l’indépendance du pays, dont nous vous perlerons aujourd’hui et le déclenchement de l’article 50 du Traité sur l’Union européenne qui lance formellement le brexit.

Hier, le parlement écossais a voté à 69/59 en faveur d’un nouveau référendum entre l’automne 2018 et le printemps 2019. Un nouvel événement à risque se profilerait donc dans les prochains mois au Royaume-Uni. Cette nouvelle perspective n’a pas manqué de faire réagir le marché des changes. Pour les traders qui seraient, cependant, passés à côté de l’information, voici de quoi vous rattraper.

Nouveau référendum sur l’indépendance écossaise ?
Pour les nouveaux venus, sachez que ce n’est pas la première fois que l’Ecosse organise un referendum sur l’indépendance du pays. En 2014, le peuple écossais s’était déjà exprimé sur la question. A cette époque, le référendum avait était organisé après l’écrasante victoire du Parti national écossais (SNP), parti politique pour l’indépendance, lors des élections parlementaires de 2011. Le résultat avait été sans appel, les écossais ne souhaitaient pas devenir indépendant.
Jusqu’à juin 2016 et le référendum sur l’UE, les appels en faveur d’un nouveau référendum sur l’indépendance écossaise n’avaient plus été entendus. Fin juin, le brexit a finalement été voté mais en Ecosse seuls 38% des électeurs ont été pour. C’est alors que la question d’un nouveau référendum sur l’indépendance du pays a refait surface.
Comme le gouvernement britannique n’a pas souhaité chercher à trouver un compromis ou un accord face à cette situation, le premier ministre de l’Ecosse a décidé de demander au parlement le droit d’organiser un nouveau référendum ce qu’il fit. Voilà pourquoi nous en sommes actuellement là.

Les écossais sont-ils prêts pour un nouveau référendum ?

Pas encore. Le parlement écossais a, en effet, voté en faveur de l’organisation d’un nouveau référendum sur l’indépendance du pays mais il n’est pas en capacité de le faire. Cela incombe au parlement britannique de Westminster. C’est là qu’intervient l’article 30 de la loi de 1998 sur l’Ecosse qui permet un transfère temporaire du pouvoir du parlement du Royaume-Uni au parlement écossais. Le premier ministre Sturgeon s’engage donc dans cette voie et a promis qu’il écrirait à Theresa May dans la semaine à ce propos.

Et maintenant ?
Pour l’instant, la situation va rester en l’état. Theresa May a, en effet, souligné lors d’une précédente allocution qu’il n’était pas l’heure d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. Il se murmure même qu’elle bloquerait les plans de Sturgeon avant la mise en place effective du brexit. Selon cette dernière, il serait injuste pour le peuple écossais d’avoir à prendre une décision cruciale sans avoir les informations relatives aux futures relations avec l’Europe ou une idée précise d’une Ecosse indépendante. Sturgeon a, quant à lui, répondu qu’il espérait que le gouvernement britannique respecte la volonté du parlement écossais. Si tel n’était pas le cas, il commencerait à faire le nécessaire après les vacances de Pâques.

Comment la livre a t’elle réagi sur le marché des changes ?
La livre britannique n’a manifestement pas beaucoup apprécié le fait que le gouvernement écossais vote en faveur d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse car elle a enregistré une lourde chute durant l’événement. La tendance semble, cependant, s’être stabilisée mais la volatilité devrait rester de mise encore un bon moment.