vente USALes dépenses de consommation représentent 70% de l’activité économique américaine. Les ventes au détail représentent, à elles seules, un tiers de ces dépenses.
Pour surveiller ces dépenses, le bureau de recensement appelle des milliers de détaillants chaque mois afin de comptabiliser leurs chiffres de vente.
Le rapport sur les ventes au détail américaines constitue donc un indicateur phare en matière de changement des modes de dépense des consommateurs. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi il intéresse tant les traders du marché des changes.

Ceci étant dit, le rapport sur les ventes au détail présente quelques lacunes. Il ne représente que les dépenses en biens tels que les choses que l’on trouve dans les magasins en général (automobile, alimentation, électronique, restaurants, etc.). Les dépenses liées aux services ne sont pas comptabilisées (transport aérien, soins dentaires, coiffeur, assurance, etc.) et pourtant, elles représentent près de deux tiers des dépenses des ménages.
La publication mensuelle du rapport sur les ventes au détail est, en plus, volatile et souvent trompeuse. Il est, en effet, assez courant que les gouvernements signalent des ventes au détail en baisse sur un mois, pour pouvoir mieux réviser les chiffres plus tard et montrer une augmentation.
Enfin, le rapport ne prend pas en considération l’inflation or des améliorations ou des détériorations des ventes au détail pourraient très bien résulter de prix plus élevés ou plus bas et donc impacter les chiffres.

Comment mesurer les ventes au détail ?

Les enquêtes sont envoyées au hasard à 5 000 petits et grands détaillants dans le pays. Ces entreprises reçoivent environ trois jours après la fin du mois un questionnaire qu’ils sont censés renvoyer rapidement. Cependant, moins de 50% des détaillants répondent dans les temps. Avec ces retours partiels, le gouvernement prépare un premier rapport sur les ventes au détail (rapport préliminaire). Par la suite, 8 000 autres détaillants sont interrogés afin de donner une image plus précise du secteur. Un deuxième rapport est alors réalisé. Enfin, quatre semaines plus tard, 13 000 nouveaux détaillants sont interrogés. Les chiffres finaux sont alors déterminés.

Comment interpréter les résultats ?
De manière logique, il y a un risque à dépendre trop des estimations anticipées des ventes au détail parce qu’elles reposent sur un trop petit échantillonnage. Un sens plus précis de la tendance sous-jacente est des modes de dépense des consommateurs peut tout de même être trouvé en surveillant les ventes sur une moyenne mobile de trois mois ou en regardant les trois derniers mois de données et en les comparant à la même période de trois mois l'année précédente.

A quoi correspondent les chiffres dits sans automobile ?
Environ 25% de la somme consacrée aux dépenses de consommation correspond aux achats de véhicules automobiles ou de produits liés au secteur. Cette catégorie d’achat peut être extrêmement volatile et déformer l’image des ventes au détail. Fort de ce constat, le gouvernement distingue dans son rapport les chiffres des ventes au détail avec et sans les produits automobiles.

Comment le rapport affecte t’il le dollar USD ?
Souvent, les acteurs du marché des changes trouvent le rapport sur les ventes au détail délicat à analyser. Certains considèrent, en effet, qu’un rapport positif permet de renforcer les taux d’intérêt alors que d’autres estiment que si les dépenses de consommation sont élevées, cela pèse sur le dollar USD. Les Etats-Unis importent, en effet, la plupart de ses biens de consommation, un accroissement des importations augmente la demande de devises autre que le dollar pour payer ces produits étrangers et cela peut nuire à la monnaie américaine.

La prochaine publication du rapport sur les ventes au détail américaines aura lieu demain à 12h30 GMT. Rien ne vous oblige à prendre part à cet événement, vous pouvez tout à fait vous contenter d’observer les répercussions de cette publication de haut rang et mettre en perspective l’ensemble des éléments mentionnés ci-dessus.