election francaiseAprès des mois d’une campagne électorale houleuse, les français ont finalement décidé de qualifier Emmanuel Macon et Marine Le Pen pour le second tour des élections présidentielles. Analysons aujourd’hui rapidement les conséquences de la victoire du premier ou de la seconde sur l’euro, le 7 mai prochain.

Pour commencer, Emmanuel Macron est arrivé en tête des sondages avec 23,8% des votes, Marine Le Pen seconde avec 21,4%. Cela marque un véritable changement dans la politique française car depuis les années 50, la droite et la gauche s’affrontaient inexorablement à chaque élection. Désormais, ce n’est plus le cas. Macron et Le Pen ne sont, en effet, pas des représentants de ces deux grands courants.

Avenir de l’euro si E. Macron gagne
A en juger par la réaction du marché des changes aux résultats du premier tour, il semble que les taureaux d’euro pourraient charger si Emmanuel Macron devient le nouveau président de la France.
S’il s’est positionné en candidat indépendant tout au long de la campagne, il incarne une certaine continuité du gouvernement actuel dont il a d’ailleurs fait partie durant deux ans. Pour les investisseurs du marché des changes, c’est une chose plutôt rassurante la continuité. Le candidat d’« En Marche » est également un européen convaincu ce qui devrait rassurer aussi les investisseurs de la région.

Avenir de l’euro si M. Le Pen gagne

Si Marine Le Pen semble, selon les sondages, accusé un certain retard par rapport à E. Macron, ce n’est pas pour autant qu’elle est hors course, bien au contraire. Le référendum sur le brexit et l’élection de Donald Trump ont, récemment, montré que les sondages pouvaient se tromper.
En cas de victoire de Marine Le Pen, l’euro pourrait considérablement reculer par rapport à ses homologues du forex. Cette dernière incarne, en effet, l’eurosceptique par excellence. Elle a d’ailleurs promis d’organiser un référendum national sur l’adhésion de la France à l’Union européenne dans les six mois qui suivraient son élection. Le retour des tergiversations liées à un éventuel « frexit » en préparation pourrait donc largement peser sur la monnaie unique.

Avant le second tour prévu le 7 mai prochain, l’euro pourrait continuer de bénéficier de l’essor dont elle jouit actuellement. Les sondages qui seront publiés et le jour j qui se rapprochent pourraient cependant faire évoluer les choses différemment.